Musique

Elle aussi de noir vêtue, chasuble style robe de bure sur laquelle sa chevelure blonde pleure en cascades, le sourire protecteur et maternel, elle prend l’auditeur-spectateur par le cœur et le conduit sur un itinéraire parsemé de chansons à textes qui ennoblissent l’être pour le mener avec charme, douceur, nostalgie et virtuosité vers des hauteurs qui rendent meilleur.

Elle a fait renaître Gaston COUTE, poète et chanteur beauceron né en 1880, disparu trente et un ans plus tard, non sans avoir laissé à la postérité des textes pleins de vie tels Le Champ de naviots ou Les Bohémiens, ou encore La Françoise, si bien interprétée samedi soir. Elle eut un clin d’œil pour le regretté Allain LEPREST, avec Le Sculpteur et le Cerisier, œuvre qui évoque son souvenir à Saint-Pierre-des-Corps. Hélène, qui s’est fait un nom avec deux prénoms, a chanté la vie, ses joies, ses peines, et les difficultés exigeantes pour la gagner. Ou tout simplement pour la vivre.                                                                                                                                                                                                                                                                                                       Fabien PERUCCA

Moi, mes souliers - de Félix Leclerc
00:00 / 00:00
Amour oh amour - de Jean Moiziard
00:00 / 00:00
Des coups d'pieds au coeur - de Remo Gary
00:00 / 00:00
Mais des bateaux - de Jean Debouvrie
00:00 / 00:00
Rime - de Claude Nougaro
00:00 / 00:00
 © RITZENTHALER
 © Olivier COIFFARD
 © Olivier COIFFARD
 © Olivier COIFFARD
IMG_4239.JPG
 © RITZENTHALER